1965 - Des outils de travail en évolution

Au fil du temps, la Caisse populaire de Longueuil a su adopter les outils de travail les plus appropriés pour réaliser les diverses tâches qui lui incombaient. Maurice Brault fit l’acquisition d’une machine à écrire Underwood du Collège de Longueuil. Durant la première décennie, la Caisse a installé un petit comptoir dont la fabrication a coûté 35 $, qui sera remplacé en 1949 par les comptoirs de la Banque de Montréal, acquis pour la somme de 110 $.

En 1951, un système de cartes a été installé pour améliorer le service de la caisse. En 1952, la caisse fait l’acquisition d’une machine à additionner électrique. On décide d’acquérir un coffre-fort, la chambre forte du presbytère étant moins sécuritaire car elle restait constamment ouverte. En 1954, on acquiert un Chest additionnel placé à l’intérieur de la voûte ainsi qu’une machine à photographier les chèques.

En 1959, la Caisse achète une machine à comptabilité de type Sensimatic, série 200 de la compagnie Burroughs, au prix de 3 548 $. Elle acquiert aussi de l’Union régionale de Saint-Hyacinthe une machine à photographier les chèques, au prix de 400 $.

En 1965, la Caisse populaire de Longueuil fait l’acquisition d’une machine électronique. Il a fallu changer le système de cartes pour l’adapter à la nouvelle machine, qui calcule les intérêts sur les prêts et sur l’épargne ainsi que les frais d’administration et enregistre le tout sur les cartes individuelles.
S1_P0002_BordereauEmisEn1944

Bordereau (1944)